L'Ouroboros


Le mot "ouroboros" vient du grec οὐροϐóρος, plus tard latinisé sous la forme uroborus, et qui signifie littéralement "qui se mord la queue". Sa signification peut également venir du copte "ouro" signifiant "roi", et de "ob", "serpent", en hébreu, littéralement le "roi serpent". Souvent représenté sous la forme d'un dragon ou d'un serpent qui se mord la queue comme nous l'indiue sa traduction latine.Il représente généralement la nature cyclique des choses, l'éternel recommencement et, parfois aussi, l'infini (On pensait jadis qu’en abandonnant sa mue, le serpent gagnait une nouvelle jeunesse). Le fait qu'il représente le début et la fin de toute chose en fait parfois aussi un symbole d'espoir et de renouveau.

 

Son origine est très ancienne. Elle semble remonterait au XVIe siècle durant l'Egypte ancienne. Il aurait été vu dans un texte religieux d'ailleurs l'un des textes des Pyramides, un des textes les plus anciens qui ont pu être retrouvés. Ce symbole a également été représenté pour la première fois sur l'une des chapelle de Toutânkhamon. Ce symbole va par la suite se généraliser afin d'évoquer le parcours annuel du disque solaire et son éternel recommencement.

 

Plus tard, ce symbole passera aux mains des Phéniciens puis des philosophes Grecs, qui lui donnèrent le nom d'Ouroboros, le dévoreur de queue, le nom que nous lui connaissons actuellement.

 

Cependant, on peut également penser que ce symbole ait pu s'inspirer de la tradition chinoise du dragon-cochon (猪龍, zhulong, en chinois) et qui aurait pu être découverte et transmise grâce aux échanges nés de la route de la soie. Généralement sculptées dans du jade, ces créatures possédaient une tête de cochon et un corps de serpent enroulé sur lui-même, de façon à former un cercle.

relmandala-schoepfungsmandala-mensch-kosmos-mit-ouroboros

Source

Généralement associé à la tradition alchimique, on retrouve également l'Ouroboros dans de nombreuses autres traditions. Chez les nordiques, le serpent Jörmungand, un des 3 enfants de Loki – Le tricheur qui grandit tellement large qu’il pouvait encercler le monde et mettre sans queue dans ses dents.Dans la mythologie hindoue, l'Ouroboros est représenté par un dragon qui encercle la tortue qui elle supporte les 4 éléphants tenant le monde.


Dans la tradition alchimique, l'Ouroboros est un sceau purificateur, symbole de l'éternelle unité de toute chose. C'était et c'est le nom du Grand Serpent du Monde qui entoure la Terre . Il représente la seconde solidification, celle qui suit la putréfaction. Il incarne le cycle vie/mort.

 

L'Ouroboros revêt de nombreuses symboliques. Le fait de manger sa propre queue illustra la nature cyclique de l'univers : la création à partir de la destruction, la vie au delà de la mort, le phénix qui renaît de ses cendres. Il mange sa propre queue afin de rester en vie, dans un cycle éternel de renouveau. Il représente également un cycle d'évolution fermé sur lui-même, qui se répète inlassablement.

La forme circulaire de l'image a donné lieu à une autre interprétation: l'union du monde chthonien, figuré par le serpent, et celui du monde céleste, figuré par le cercle. Cette interprétation serait confirmée par le fait que l'ouroboros, dans certaines représentations, serait moitié noir, moitié blanc. Reprenant ainsi la tradition chinoise cité précédemment.

Il représente également le retour cyclique des saisons, les oscillations du ciel étoilé, l’auto fécondation, la désintégration et la ré-intégration, la vérité et la connaissance complète, les androgynes, les eaux primitives, le potentiel avant l’étincelle de la création, l’indifférenciabilité, le tout, l’unité primordiale, l’auto suffisance et l’idée d’un début et d’une fin qui représente un principe continuant sans fin.

winged-dragon-ouroboros-tattoo-design