harpy_by_seraph777-d7b3lou

Les harpies sont issues de la mythologie grecque et peuvent être catégorisé dans les esprits de l'air. Leur nom signifie les "ravisseuses". Se sont des monstres à corps d'oiseau et tête de femme, dotée de serres d'aigle. Elles dégagent une odeur nauséabonde.

Elles symbolisent les passions vicieuses, les tourments obsédants ainsi que les remords sans fin.

 

Elles sont au nombre de trois, il y a Aello qui signifie bourrasque que l'on nomme parfois Nicothoé qui veut dire pieds rapide, Ocypète (Vole vite) et Podarge (Pieds légers) que l'on peut également retrouvé sous le nom de Céléno qui signifie Obscure. Elles sont plus rapides que le vent, invulnérable et caquetante. Il est dit qu'elles saisissaient les âmes des hommes morts afin de les tourmenter et les conduire en enfer.

 

On retrouve la harpie dans de nombreux récit tel que l'Odyssée, la quête de la toison d'or, l'Enéide.

On les rendait responsable de toutes les disparitions. On racontait que même les dieux n'étaient pas à l'abri de leurs méfaits puisque Aphrodite, Héra et Athéna qui avaient élevé les filles de Pandaros, fils de Lycaos, depuis qu'il avait été tué par Diomède, en firent les frais.
Profitant de l'absence des déesses qui étaient allées sur l'Olympe discuter du mariage des jeunes filles elles enlevèrent leurs protégées pour les donner aux Erinyes comme servantes (Homère, Odyssée: XX, 61 à 78)

 

Enée rencontra une Harpye, Célaeno, dans les Strophades qui lui prédit que les Troyens n'atteindraient leur nouvelle patrie que lorsque la faim les obligerait à manger leurs tables.
Quelques temps plus tard, alors qu'Enée et ses compagnons se trouvaient à l'embouchure du Tibre on leur servit la nourriture sur des galettes qu'ils mangèrent ce qui provoqua la réflexion de Iule, le fils d'Enée: 
"Nous avons même mangé nos tables"
Alors Enée se souvint de la prédiction de Célaeno et laissa éclater sa joie: 
"Salut ô terre promise par les destins! Voici notre foyer, voici notre patrie" (Virgile, Enéide: VII, 116 sqq)